ICYMI: 2022 research round up 

December 15, 2022  — 
SHARE +
Share this:

La version française suit le texte anglais

It was a busy year for McGill investigators. To get an idea of the width and breadth of their work, take a look back at some of the top research stories of 2022:

Penguin feathers may be secret to effective anti-icing technology

Ice buildup on powerlines and electric towers brought the northern US and southern Canada to a standstill during the Great Ice Storm of 1998, leaving many in the cold and dark for days and even weeks. Whether it is on wind turbines, electric towers, drones, or airplane wings, dealing with ice buildup typically depends on techniques that are time consuming, costly and use a lot of energy, along with various chemicals. But, by looking to nature, McGill researchers believe that they have found a promising new way of dealing with the problem. Their inspiration came from the wings of Gentoo penguins who swim in the ice-cold waters of the south polar region, with pelts that remain ice-free even when the outer surface temperature is well below freezing.

Gender gap:
Women leaders face more scrutiny than male counterparts

More than ever before, women are reaching new heights in various fields. However, success comes at a cost – one that could have significant repercussions on their careers and personal lives. A recent McGill-led study on the relationship between gender, fame, and media coverage examined how journalists cover women when they break through the glass ceiling, reaching positions of power and status. The researchers examined millions of media references to thousands of women and men in various domains, including politics, business, entertainment, and sports. They showed that although overall media coverage is more positive for women than for men, this difference disappears and even reverses at higher levels of fame.

A blueprint for life forms on Mars?

The extremely salty, very cold, and almost oxygen-free environment under the permafrost of Lost Hammer Spring in Canada’s High Arctic is the one that most closely resembles certain areas on Mars. So, if you want to learn more about the kinds of life forms that could once have existed – or may still exist – on Mars, this is a good place to look. McGill University researchers have found microbes that have never been identified before and by using state-of-the-art genomic techniques, they have gained insight into their metabolisms. The scientists demonstrate, for the first time, that microbial communities found living in Canada’s High Arctic, in conditions analogous to those on Mars, can survive by eating and breathing simple inorganic compounds of a kind that have been detected on Mars. This discovery is so compelling that samples of the Lost Hammer surface sediments were selected by the European Space Agency to test the life detection capabilities of the instruments they plan to use on the next ExoMars Mission.

Survey on Quebec’s Bill 21:
Over half of students say they will leave the province to find work

Researchers from McGill and Concordia universities have teamed up to examine how Quebec’s secularism law, Law 21, is affecting the career choices and experiences of discrimination of students, particularly in the province’s faculties of law and education. The law, which bans some public servants, including teachers in the public system and prosecutors, from wearing religious symbols at work, was implemented in June 2019. The researchers sent out an on-line bilingual survey between mid-October 2020 and early November 2021 and invited volunteers to send in written comments as well as survey responses.

Flatworm-inspired medical adhesives stop blood loss

Every year around 2 million people die worldwide from hemorrhaging or blood loss. Uncontrolled hemorrhaging accounts for more than 30 per cent of trauma deaths. To stop the bleeding, doctors often apply pressure to the wound and seal the site with medical glue. But what happens when applying pressure is difficult or could make things worse? Or the surface of the wound is too bloody for glue? Drawing inspiration from nature, researchers from McGill University have developed a medical adhesive that could save lives, modeled after structures found in marine animals like mussels and flatworms.

Compulsive exercise is a socially acceptable prison cell

Compulsive exercise gets little attention, despite being a fairly common and serious condition. There is no universally recognized definition of compulsive exercise, though it involves being obsessed and all-consumed by exercising, and those who suffer from it often describe themselves as being miserable, in pain, or depressed all the time. Although it is frequently accompanied by an eating disorder (85% of those with eating disorders also exercise compulsively), there are also people who may be hyper-focused on exercise alone. By analyzing close to 1000 social media posts, images, and discussions on 13 social media sites over the course of a year, a study from McGill University researchers illuminates the lived experiences of those who engage in the practice. The researchers believe that material drawn from these online discussions could help inform future compulsive exercise treatment programs, particularly around definitions of healthy exercise.

Preventing “alien” invasions

The search of life beyond our world is an exciting venture that may yield an enormous discovery in the not-too-distant future. However, space agencies around the world, including NASA and the European Space Agency, have long been aware of the potential risks of biological contamination and have set in place planetary protection policies. In the face of increasing space missions, including those intended to return samples to Earth, new research led by a McGill University researcher, advocates enhancing planetary biosecurity through collaborations between astrobiologists and invasion biologists. Space missions to Mars and other planets and moons carry risks of biological contamination – for both Earth and the planets targeted by space missions. The research, led by McGill University and written by researchers with expertise in biological invasions, astrobiology, and biosecurity, argues that planetary biosecurity should be informed by the knowledge gained by invasion science.

Spiders caught in a web of Internet lies

It’s no secret that the internet and social media fuel rampant spread of misinformation in many areas of life. A collective of researchers, including Catherine Scott, a Postdoctoral Fellow at McGill University, have explored this phenomenon as it applies to news about spiders. The verdict? Don’t blindly trust anything you read online about these eight-legged arthropods – or anything else for that matter – and always consider the source.

A more sustainable production of industrial chemicals

Two renewable resources – cellulose from wood pulp and chitin from the shells of crustaceans – are known to industrial chemists for their potential for creating highly versatile nanocrystals, useful for making pharmaceuticals, cosmetics, industrial additives and much more. A team of researchers, led by McGill University and the National Research Council Canada (NRC), has developed a new, ecologically sensitive way to produce these nanocrystals through a process called high-humidity shaker aging. The new technique represents an advance over existing methods in that it costs less, uses less water, and eliminates the need for toxic solvents, all while producing higher yields.

What can a bottle of seawater tell you about the fish living below?

Seawater holds “memories” in the form of DNA from fish and invertebrates that have recently passed by. This information, called environmental DNA or eDNA, can be used by scientists to track species across space. This new approach is being used by researchers like McGill Professor Jennifer Sunday and her colleagues at the Pacific eDNA Coastal Observatory (PECO) to track “biogeography” like we forecast the weather. The PECO network has been collecting seawater in bottles from Juneau, Alaska to San Diego, California to find out which fish live where and how these change over time, focusing on seagrass habitats across this large coastal region. With this information, the researchers will survey the geographic distributions of hundreds of fish and gain a better understanding of how species live together in different environments – as potential consumers, competitors, and invasive species – all from bottles of water.

Helping children with autism and hyperlexia learn to understand what they read

Hyperlexia is a condition where preschool children display an intense early interest in letters in a way that is very advanced for their age. They can decode words accurately, but without understanding their meaning. It is most common among children with autism spectrum disorder – with approximately 6-20 per cent of children with autism demonstrating hyperlexia. Research indicates that children with autism and hyperlexia appear to be following their own, unique pathway towards literacy rather than developing literacy skills in the same way that typically developing children do when reading. This has implications for reading instruction in the early years. Now researchers from McGill University have developed a tablet-based application designed to build on the children’s strengths to help them improve their reading comprehension.

____________

 

Au cas où vous l’auriez manqué : Bilan de la recherche en 2022

Voici une rétrospective de quelques grands reportages sur la recherche en 2022 :

Les plumes de manchots pourraient receler une solution antigivrage efficace

En 1998, l’accumulation de glace sur les pylônes et les fils électriques a causé la crise du verglas qui a paralysé l’est du Canada et le nord-est des États-Unis et plongé une partie de la population dans la noirceur et le froid pendant des jours, voire des semaines. La plupart des techniques employées pour éliminer la glace des éoliennes, des pylônes, des drones ou encore des ailes d’avion sont chronophages, coûteuses et énergivores, et, de surcroît, elles nécessitent l’utilisation de divers produits chimiques. Une équipe de recherche de l’Université McGill s’est tournée vers la nature et croit avoir trouvé une piste de solution prometteuse inspirée du manchot papou, qui nage dans les eaux glacées de la région du pôle Sud. Malgré des températures à la surface bien en deçà du point de congélation, cet oiseau marin n’accumule aucune glace sur ses ailes.

Deux genres, deux mesures :
Les femmes de pouvoir sous l’œil implacable des médias

Dans tous les milieux, les femmes se propulsent plus que jamais vers de nouveaux sommets. Cette médaille a toutefois un revers qui pourrait se révéler lourd de conséquences sur leur vie tant professionnelle que personnelle. Dans une étude récente sur le lien entre le genre, la célébrité et la couverture médiatique, des chercheurs de l’Université McGill se sont intéressés au traitement que les journalistes réservent aux femmes qui fracassent le plafond de verre et accèdent à des postes de pouvoir. Ils ont examiné des millions de mentions dans les médias au sujet de milliers de femmes et d’hommes issus de domaines divers, de la politique au sport en passant par le monde des affaires et du spectacle. Leur constat : bien qu’en général, la couverture médiatique soit plus bienveillante envers les femmes, cette tendance disparaît, voire s’inverse, au sommet de la gloire.

Une fenêtre sur la vie sur Mars

Sous le pergélisol de la source de Lost Hammer, dans le Haut-Arctique canadien, se trouve un milieu extrêmement salé, très froid et presque dépourvu d’oxygène comparable à certaines régions de Mars. C’est l’endroit où aller pour quiconque s’intéresse aux formes de vie qui pourraient exister ou avoir existé sur Mars. Une équipe de recherche de l’Université McGill à la découverte de microbes encore jamais répertoriés. Tirant parti de techniques de génomique de pointe, les chercheurs ont également recueilli des données sur le métabolisme de ces microbes. Les scientifiques ont démontré, pour la première fois, que des populations microbiennes vivant dans le Haut-Arctique canadien, dans des conditions similaires à celles qui règnent sur Mars, pouvaient survivre en absorbant des composés inorganiques simples également présents sur Mars. Cette découverte est si intéressante que l’Agence spatiale européenne a sélectionné des échantillons des sédiments de surface de la source Lost Hammer, qui serviront à la mise à l’essai des capacités de détection de la vie des instruments devant être utilisés lors de la prochaine mission ExoMars.

Plus de la moitié des étudiants qui ont participé au sondage sur la Loi 21 disent qu’ils quitteront le Québec pour trouver du travail

Des chercheurs des universités McGill et Concordia ont fait équipe pour examiner comment la loi sur la laïcité du Québec, la loi 21, affecte les choix de carrière et les expériences de discrimination des étudiants, en particulier dans les facultés de droit et d’éducation de la province. La loi, qui interdit à certains fonctionnaires, dont les enseignants du système public et les procureurs, de porter des symboles religieux au travail, a été mise en œuvre en juin 2019. L’enquête bilingue volontaire en ligne a été envoyée entre la mi-octobre 2020 et le début du mois de novembre 2021 et ont invité les volontaires à envoyer des commentaires écrits ainsi que des réponses au sondage.

Un adhésif médical inspiré du ver plat pour stopper les hémorragies

Les hémorragies tuent environ deux millions de personnes par année dans le monde. Les hémorragies non jugulées sont responsables de plus de 30 % des morts consécutives à un traumatisme. Souvent, le médecin stoppe les saignements en exerçant une pression sur la plaie, puis en la scellant à l’aide d’une colle médicale. Mais que faire lorsque la compression est difficile ou risque d’aggraver l’état du patient? Ou lorsque la colle n’adhère pas, parce qu’il y a trop de sang à la surface de la plaie? Inspirés par la nature, plus précisément par des structures présentes chez des animaux marins comme les moules et les vers plats, des chercheurs de l’Université McGill ont mis au point un adhésif médical qui pourrait sauver des vies.

L’exercice compulsif, une prison socialement acceptable

La pratique compulsive de l’exercice physique est un problème plutôt fréquent et grave. Pourtant, on en parle peu. Il n’existe aucune définition universellement reconnue de l’exercice compulsif, trouble qui se caractérise par une obsession dévorante pour l’exercice physique. Les personnes qui en souffrent disent souvent être malheureuses, ressentir des douleurs physiques ou être déprimées en permanence. L’exercice compulsif s’accompagne souvent d’un trouble alimentaire (85 % des personnes atteintes d’un trouble alimentaire font de l’exercice de manière compulsive), mais certaines personnes ne dirigent leur attention que sur l’exercice. L’étude récente menée par l’Université McGill, a analysé près de 1 000 publications, images et conversations parues dans 13 réseaux sociaux au cours d’une année. La recherche a fait ressortir les expériences vécues par les personnes atteintes de ce trouble. Les chercheuses croient que les informations tirées des conversations en ligne pourraient servir à l’élaboration de programmes de traitement s’appuyant sur des définitions d’exercice sain.

Prévenir les invasions extraterrestres

La recherche de la vie extraterrestre est une aventure passionnante qui pourrait donner lieu à de prodigieuses découvertes dans un avenir assez rapproché. Cela dit, les agences spatiales du monde entier, dont la NASA et l’Agence spatiale européenne, sont depuis longtemps conscientes des risques de contamination biologique et ont mis en place des politiques de protection planétaire. Face à l’augmentation du nombre de missions spatiales, notamment celles visant à rapporter des échantillons sur Terre, une nouvelle étude dirigée par un chercheur de l’Université McGill préconise les collaborations entre astrobiologistes et biologistes de l’invasion pour renforcer la biosécurité planétaire. Les missions spatiales vers Mars, d’autres planètes et d’autres lunes comportent des risques de contamination biologique, tant pour la Terre que pour les planètes de destination. Les auteurs de l’article, qui porte sur une étude dirigée par l’Université McGill et menée en collaboration avec des chercheurs spécialisés en invasions biologiques, en astrobiologie et en biosécurité, soutiennent que la biosécurité planétaire devrait s’appuyer sur les connaissances acquises grâce aux sciences de l’invasion.

Les araignées ou la propagation des mensonges sur la Toile

C’est bien connu : l’Internet et les médias sociaux sont de hauts lieux de mésinformation sur un éventail de sujets. Un collectif de chercheurs, dont fait partie Catherine Scott, boursière postdoctorale de l’Université McGill, s’est penché sur le phénomène de la mésinformation dans le domaine des araignées. Conclusion : il ne faut pas croire tout ce qu’on lit sur l’Internet au sujet de ces arthropodes à huit pattes (ni sur tout autre sujet d’ailleurs) et il faut toujours tenir compte de la source.

Une méthode plus écologiquement durable pour produire des nanocristaux

La cellulose provenant de la pâte de bois et la chitine issue de la carapace des crustacés sont deux ressources renouvelables qui permettent de produire des nanocristaux très polyvalents et utiles pour la fabrication d’une foule de choses, dont des produits pharmaceutiques, des cosmétiques et des additifs industriels. Sous la direction de l’Université McGill et le Conseil national de recherches Canada, une équipe a mis au point une nouvelle méthode écologique pour produire ces nanocristaux par l’entremise d’un processus de vieillissement avec un agitateur dans des conditions d’humidité élevée. Cette nouvelle technique représente une avancée par rapport aux méthodes existantes puisqu’elle coûte moins cher, consomme moins d’eau et ne nécessite pas de solvants toxiques, tout en donnant un meilleur rendement.

Des bouteilles d’eau de mer permettent d’en savoir plus sur l’habitat des poissons

L’eau de mer contient des traces du passé : il s’agit d’ADN de poissons et d’invertébrés qui y ont nagé récemment. Les scientifiques peuvent utiliser cette information, appelée ADN environnemental ou ADNe, pour suivre les espèces dans l’espace. Des chercheurs comme la professeure mcgilloise Jennifer Sunday et ses collègues du Pacific eDNA Coastal Observatory (PECO) utilisent cette nouvelle approche pour faire le suivi de la biogéographie de la même manière qu’on prévoit la météo. De Juneau, en Alaska, à San Diego, en Californie, en se concentrant sur l’habitat des herbiers marins de cette grande région côtière, les membres du réseau PECO recueillent de l’eau de mer dans des bouteilles pour savoir où les poissons vivent et comment cela change au fil du temps. Avec ces renseignements, les chercheurs évalueront la répartition géographique de centaines de poissons et pourront mieux comprendre comment les espèces vivent ensemble, en tant qu’espèces consommatrices, concurrentes et envahissantes potentielles, dans des environnements différents. Et tout cela grâce à des bouteilles d’eau.

Une application aide les enfants autistes et hyperlexiques à comprendre ce qu’ils lisent

L’hyperlexie est une affection chez l’enfant d’âge préscolaire caractérisée par un intérêt précoce et très marqué pour les lettres qui dépasse de loin le stade de développement associé à son âge. L’enfant hyperlexique arrive à bien décoder les mots, sans pourtant en comprendre le sens. Cette affection est fréquente chez les enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme, dont environ 6 à 20 % sont également atteints d’hyperlexie. La recherche indique que les enfants autistes et hyperlexiques semblent emprunter un parcours vers l’alphabétisation qui leur est propre et qui diffère de celui des enfants au développement typique. Ce constat a des répercussions sur l’enseignement de la lecture à un jeune âge. Les mêmes chercheurs ont récemment mis au point une application pour tablette conçue pour tirer parti des forces de l’enfant ayant pour but de l’aider à améliorer sa compréhension écrite.

The post ICYMI: 2022 research round up  appeared first on McGill Reporter.

Article courtesy of The McGill Reporter

Article courtesy of The McGill Reporter