In Memoriam: Stéfan Sinclair (1972-2020)

August 11, 2020  —  Uncategorized

The following remembrance was prepared by Professor Stéfan Sinclair’s close colleagues, Susan Brown (University of Guelph), Geoffrey Rockwell (University of Alberta) and Michael Sinatra (Université de Montréal).

 

It saddens us to write that on the morning of August 6th, 2020 Stéfan Sinclair passed away in Montréal, Canada with family nearby.

Stéfan was an Associate Professor in the Department of Languages, Literatures, and Cultures at McGill University, who specialized in digital humanities, text analysis and visualization, and humanities tool development. He was perhaps best known for Voyant, an accessible in-browser suite of text analysis tools suited for the interpretation of unstructured texts. Voyant is available in a dozen languages (including English and French) and is one of the most widely used tools on the Compute Canada Calcul national research infrastructure with tens of thousands of users a month. With Geoffrey Rockwell he published a book titled Hermeneutica: Computer-Assisted Interpretation in the Humanities (MIT Press, 2016) which documents the development of Voyant and his experiments in text analysis. This book received the 2017 Canadian Society for Digital Humanities Outstanding Contribution Award.

Prof. Stéfan Sinclair (1972-2020)

Before coming to McGill, Stéfan was at McMaster University from 2004 to 2011, where he was Director of the Sherman Centre for Digital Scholarship. Before that he was at the University of Alberta from 2001 to 2004 where, with Sean Gouglas, he developed the first MA programme in Humanities Computing in Canada, a programme that has evolved into an MA in Digital Humanities and still thrives today thanks to his early leadership.

Stéfan’s doctorate was in French Literature from Queen’s University, awarded in 2000 after an M.A. (1995) from the University of Victoria and an Honours B.A. from the University of British Columbia (1994). As part of his doctoral dissertation on OuLiPo (Ouvroir de littérature potentielle), he developed one of the first in-browser text analysis environments, called HyperPo, a fittingly playful platform for text analysis and transformation that inspired him eventually to create Voyant.

Stéfan contributed enormously to the development of the digital humanities both in Canada and internationally. Over the years he served as President of the Association of Computers and the Humanities, Vice-President (and for many years infrastructure guru extraordinaire) of what is now the Canadian Society for Digital Humanities/Société canadienne des humanités numériques, and one of the editors of Digital Humanities Quarterly. He was also one of the Local Organizers of DH 2017 in Montréal that brought close to a thousand people to the McGill campus. In addition to directing the Sherman Centre while at McMaster, he later launched the DH Initiative at McGill when he was appointed at that institution in 2011, and, with Michael Sinatra, helped found the Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques in 2013, which brings together over 70 researchers across eight universities in Québec. While at McGill, Stéfan started his CFI-funded lab, “Scaling Humanities Analytics and Visualization Lab” (SHAVLAB), as a hub for humanities-based text analytics and data visualization, helping to spread new approaches and involving students who have benefited, and will continue to benefit – both for academic and non-academic careers – from the mix of humanistic and technical skills that the digital humanities offer. Stéfan was also involved in several large-scale projects across Canada, the United States, and Europe, including the TAPoR project, SAToRBase: A Database of Topoi for French Literature, the Canadian Writing Research Collaboratory, NovelTM, and CO.SHS, to name just a few. More recently, he was a founding member of the interuniversity Québec-funded Groupe de recherche sur les éditions critiques en contexte numérique (GREN).

Stéfan was unfailingly gentle and caring. He was an advocate for students, and taught a generation of digital humanities students to enjoy programming as humanists, for example developing an online textbook on The Art of Literary Text Analysis. He led the development and maintenance of much of the research infrastructure that the rest of us depend on and, in depending, forget. In addition to Voyant, he helped develop and run the Text Analysis Portal for Research (TAPoR), the MONK Project, the Simulated Environment for Theatre, the Mandala Browser, and BonPatron (a widely used French grammar checker he developed with Terry Nadasdi), not to mention numerous servers and web sites. It is a testimony to the care of our shared infrastructure that he continually repaired and improved one of the most used text analysis environments from 1996 to the present as it evolved from HyperPo to Voyeur to Voyant.

Stéfan not only created beautiful and useful things; he also reflected with others on the making and interpretation of digital technologies. In 2003, for example, he wrote an important paper entitled “Computer-assisted reading: Reconceiving text analysis” that was based on his work on HyperPo. With Rockwell, he developed a collaborative praxis of experimenting, developing as needed, and reflecting back as a way of thinking-through technology which is described in Hermeneutica and shown online at http://hermeneuti.ca. He then collaboratively wrote Visual Interface Design for Digital Cultural Heritage with Stan Ruecker and Milena Radzikowska (Ashgate 2011). In the last years he worked closely with Andrew MacDonald on Spyral, a notebook programming environment that extends Voyant in ways that would make it play well with infrastructure like the LINCS project, led by Susan Brown and grown from seeds sown by Stéfan himself.

Stéfan is survived by his wife, his two daughters, his sister and his brother-in-law, his niece, and his parents. His last days passed in peace at the St. Raphael’s palliative care centre, where he was able to welcome family and his lively dog, Choco. We will all miss his care, courage, genius, and gentle questions. The Canadian Society for Digital Humanities/Société canadienne des humanités numériques and the Association for Computers and the Humanities will be exploring how best to honour him, and an announcement will be made in the fall. The Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques will also name an annual lecture in his honour. More immediately, we invite those he touched through teaching, research, or the tools he gave us all to contribute memories or pictures to be shared on the Society’s website. In lieu of flowers, contributions to CanAssist and St. Raphael’s Palliative Care Home would be greatly appreciated.

 

– – – – – – – – –

 

C’est avec tristesse que nous vous annonçons le décès de Stéfan Sinclair, qui nous a quittés le 6 août 2020 à Montréal, au Canada, entouré de sa famille.

Stéfan était professeur agrégé au département des langues, des littératures et des cultures de l’Université McGill, spécialisé dans les humanités numériques, l’analyse et la visualisation de textes ainsi que dans le développement d’outils en sciences humaines. On le connaît peut-être mieux pour avoir réalisé Voyant, une suite d’outils d’analyse de textes accessible par navigateur et adaptée à l’interprétation de textes non structurés. Disponible dans une douzaine de langues (dont l’anglais et le français), Voyant est l’un des outils les plus utilisés de l’infrastructure nationale de recherche de Calcul Canada, comptant des dizaines de milliers d’usagers par mois. Avec Geoffrey Rockwell, il a publié l’ouvrage Hermeneutica : Computer-Assisted Interpretation in the Humanities (MIT Press, 2016) qui documente le développement de Voyant ainsi que ses expériences en matière d’analyse de texte. Ce livre a reçu le prix de la Société canadienne des humanités numériques pour une contribution exceptionnelle en 2017.

Avant d’enseigner à McGill, Stéfan était professeur agrégé à l’Université McMaster de 2004 à 2011, où il a dirigé le Sherman Centre for Digital Scholarship. Auparavant en poste à l’Université de l’Alberta (de 2001 à 2004) il a développé avec Sean Gouglas le premier programme de maîtrise en informatique et sciences humaines au Canada. Ce programme, qui s’est transformé en maîtrise en humanités numériques, prospère encore aujourd’hui grâce à sa contribution cruciale dans le champ des lettres et SHS.

Stéfan était titulaire d’un doctorat en littérature française à l’Université Queen’s, décerné en 2000 après une maîtrise de l’Université de Victoria (1995) et un baccalauréat spécialisé de l’Université de Colombie-Britannique (1994). Dans le cadre de sa thèse de doctorat sur l’OuLiPo (Ouvroir de littérature potentielle), il avait développé l’un des premiers environnements d’analyse de texte dans un navigateur, appelé HyperPo, une plateforme d’analyse et de transformation de texte à la fois ludique et appropriable, qui l’a finalement inspiré pour créer Voyant.

Stéfan a énormément contribué au développement des humanités numériques tant au Canada qu’à l’international. Au fil des ans, il fut président de l’Association of Computers and the Humanities, vice-président (et pendant de nombreuses années “gourou extraordinaire des infrastructures”) de ce qui est devenu aujourd’hui la Canadian Society for Digital Humanities/Société canadienne des humanités numériques, ainsi que l’un des rédacteurs en chef de Digital Humanities Quarterly. Il fut également l’un des organisateurs du congrès DH 2017 à Montréal réunissant près d’un millier de personnes sur le campus de McGill.  Après avoir dirigé le Centre Sherman pendant son mandat à McMaster, il a lancé l’initiative Humanités numériques dès son arrivée à McGill en 2011 et, avec Michael Sinatra, il a contribué à la fondation du Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques en 2013, un centre qui rassemble plus de 70 chercheurs provenant de huit universités du Québec. À l’Université McGill, Stéfan a mis aussi sur pied son laboratoire financé par la FCI, le “Scaling Humanities Analytics and Visualization Lab” (SHAVLAB), un centre d’analyse de textes et de visualisation de données basé sur les humanités, contribuant à diffuser de nouvelles approches et impliquant des étudiant.e.s qui ont bénéficié et continueront de bénéficier – tant pour les carrières universitaires que non universitaires – du mélange de compétences humanistes et techniques qu’offrent les humanités numériques. Stéfan a également participé à plusieurs projets de grande envergure au Canada, aux États-Unis et en Europe, dont les projets TAPoR, SAToRBase : A Database of Topoi for French Literature, le CWRC, NovelTM et CO.SHS, pour n’en citer que quelques-uns. Plus récemment, il fut membre fondateur du Groupe de recherche sur les éditions critiques en contexte numérique (GREN), financé par le fonds de recherche société et culture du Québec.

Stéfan était d’une gentillesse et d’une attention sans faille. Il était un ardent défenseur des étudiant.e.s, et a transmis à toute une génération le goût de  la programmation dans une perspective humaniste, en développant par exemple ALTA, un manuel en ligne sur l’art de l’analyse des textes littéraires. Soucieux d’oeuvrer au bien de la communauté élargie des chercheurs en lettres, sciences humaines et sociales, il a dirigé le développement et la maintenance d’une grande partie de l’infrastructure de recherche dont beaucoup d’entre nous dépendent sans s’en rendre compte. En plus de Voyant, il a participé au développement et à la gestion du portail d’analyse de textes pour la recherche (TAPoR), du projet MONK, de l’environnement simulé pour le théâtre, du navigateur Mandala et de BonPatron (un correcteur de grammaire française très utilisé qu’il a développé avec Terry Nadasdi), et encore bien d’autres serveurs et sites web. C’est dans un souci constant de prendre soin de notre infrastructure partagée qu’il a continuellement réparé et amélioré l’un des environnements d’analyse de texte les plus utilisés de 1996 à aujourd’hui, alors qu’il évoluait de HyperPo à Voyeur, puis enfin Voyant.

Stéfan n’a pas seulement créé de beaux outils utiles à la communauté, il a aussi réfléchi avec d’autres sur la fabrication et l’interprétation des technologies numériques. En 2003, par exemple, il a rédigé un article essentiel intitulé “La lecture assistée par ordinateur : Reconcevoir l’analyse de texte” qui s’appuyait sur ses travaux sur HyperPo. Avec Geoffrey Rockwell, il a développé une pratique collaborative d’expérimentation et de développement informatique conçue comme un mode de réflexion sur la technologie, qui est décrite dans Hermeneutica et présentée en ligne à l’adresse http://hermeneuti.ca. Il a aussi écrit en collaboration avec Stan Ruecker et Milena Radzikowska un ouvrage intitulé Visual Interface Design for Digital Cultural Heritage (Ashgate 2011). Ces dernières années, il travaillait en étroite collaboration avec Andrew MacDonald sur Spyral, un environnement de programmation qui étend Voyant de manière à l’intégrer dans des infrastructures comme le projet LINCS, dirigé par Susan Brown et développé à partir d’une idée de Stéfan.

Stéfan laisse dans le deuil sa femme, ses deux filles, sa sœur et son beau-frère, sa nièce et ses parents. Ses derniers jours se sont déroulés dans le calme au centre de soins palliatifs de Saint-Raphaël, où il a pu accueillir sa famille et son chien, Choco. Ses attentions, son courage, son génie et ses questions généreuses nous manqueront à toutes et à tous. La Canadian Society for Digital Humanities/Société canadienne des humanités numériques et l’Association for Computers and the Humanities étudient la meilleure façon de lui rendre hommage, et une annonce sera faite à l’automne. Le Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques nommera quant à lui une conférence annuelle en son honneur. Dès à présent, nous invitons celles et ceux qu’il a touché.e.s par son enseignement, sa recherche ou ses outils à partager des souvenirs ou des images sur le site de la Société canadienne des humanités numériques. Plutôt que des fleurs, des contributions à CanAssist et à la maison de soins palliatifs de Saint-Raphaël seraient très appréciées.

 

 

The post In Memoriam: Stéfan Sinclair (1972-2020) appeared first on McGill Reporter.